hover animation preload
L’Humanité, 2 décembre 2009, « Les collectivités locales ont besoin des urbanistes »

« Les collectivités locales ont besoin des compétences des urbanistes », tribune à lire dans le journal l’Humanité

Francis Beaucire – Professeur d’Aménagement et Urbanisme et Directeur du Master Aménagement et Urbanisme de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
Sylvie Fol – Professeure d’Aménagement et Urbanisme et Directrice du Master 1 Aménagement et Urbanisme de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne
Isabelle Géneau – Maître de conférences en Géographie et Aménagement à l’Université Paris 1 – Panthéon Sorbonne
Baptiste Danel – Urbaniste-Géographe – Délégué du Collectif National des Jeunes Urbanistes
Alexandre Laignel – Urbaniste-Géographe – Vice-président de l’association des étudiants en Urbanisme de l’Université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne

Alors que le projet gouvernemental de réforme territoriale dessine le fonctionnement futur des collectivités locales, depuis 2 ans, les diplômés en urbanisme voient peu à peu se fermer les portes du concours d’ingénieur territorial option urbanisme. En cause, le durcissement de l’application de deux décrets de 2002 et 2007 relatifs aux équivalences de diplômes. Seuls les diplômés de formations « techniques et scientifiques » (ingénieurs, architectes et géomètres) peuvent désormais s’y présenter. Ce retour en arrière occulte la véritable dimension des métiers de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire qui nécessitent une formation à la croisée des disciplines, notamment des sciences sociales. Cette évidence ne semble en tout cas pas admise par la direction des concours du CNFPT chargée de l’application des décrets. A croire que les résultats de l’application de modèles mathématiques et de la technicisation de l’urbanisme – que sont les grands ensembles ou les hypermarchés périurbains – n’ont pas montré leurs limites !

Les candidats au concours ont vu les lettres de refus tomber par centaines cette année (1600 selon la direction des concours du CNFPT fin juin). Par exemple, sur les 30 diplômés du Master d’urbanisme de l’Université Paris 1 en 2008, les 5 candidats ont été écartés par la Commission d’Equivalence des Diplômes de la session orale, et cela en dépit de leur réussite à l’épreuve écrite d’admissibilité. Avec un diplôme de niveau bac + 5 en urbanisme, ils n’étaient pas suffisamment qualifiés… pour prendre part au pilotage des politiques urbaines de nos collectivités locales. Les effets de ces décrets – limitant l’accès au concours aux seuls titulaires de diplômes « scientifiques et techniques » – sont déroutants : un diplômé en biologie a plus de chance de piloter la révision d’un Plan de Déplacements Urbains ou d’un Plan Local d’Urbanisme qu’un autre issu d’une formation en urbanisme !

Cette situation apparaît d’autant plus ubuesque que les plus de 1500 ingénieurs territoriaux issus de l’Université ont fait leurs preuves auprès des décideurs locaux, qui reconnaissent et recherchent leurs qualités pour piloter leurs politiques urbaines.

L’émulation d’idées autour de l’intercommunalité, ainsi que le développement d’une pensée urbaine mêlant urbanisme et transport (loi SRU), a montré l’indispensable dépassement du cloisonnement disciplinaire pour répondre aux enjeux des villes du 21ème siècle : développer les mobilités en lien avec les logiques d’urbanisation, désenclaver les territoires, ou encore atténuer les ségrégations sociospatiales. L’urbaniste y joue un rôle clef aux côtés des élus qui font la ville de demain, qu’il éclaire de ses compétences en diagnostic et prospective, développées au croisement des différents champs disciplinaires. Ces décrets renversent ainsi le mouvement d’échange transdisciplinaire impulsé par l’avènement du développement durable au cœur des politiques publiques.

Si le CNFPT a juridiquement raison en appliquant la loi, il a politiquement tort au regard des conséquences de son application : nombre de collectivités locales vont être contraintes de se passer de profils correspondant à leurs besoins. Pourtant, en l’état actuel du régime statutaire de la fonction publique territoriale, le grade d’ingénieur territorial est le seul permettant d’exercer toute la palette de métiers de la ville au sein de nos collectivités locales.

15 associations (2) d’étudiants et diplômés des formations en urbanisme ont créé le Collectif National des Jeunes Urbanistes. Soutenu par les organisations professionnelles et universitaires de l’urbanisme (3), le CNJU a publié un projet de Lettre ouverte sur son site Internet (4) à destination des ministres PECRESSE, WOERTH et MARLEIX qui a déjà reçu plus de 3000 signatures dont celles de nombreux urbanistes renommés. Des parlementaires ont adressé des questions écrites au gouvernement et de nombreux élus dont les présidents de l’AdCF, de l’AMF, du Forum pour la gestion des Villes, de l’ANAH, de l’ANRU ou de l’USH, ont signé la Lettre ouverte. Ces élus considèrent que l’urbanisme n’est pas une science d’État mais une politique publique décentralisée et demandent au gouvernement de « revoir sa copie » : la réécriture de ces décrets est indispensable et doit rétablir l’accès des urbanistes au concours dès la session 2010.

(1) Décret n° 2002-508 et décret n°2007-196

(2) AIPT (Ecole Polytech’Tours), Assoc’IATEUR (Institut d’Aménagement du Territoire et d’Environnement de l’Université de Reims), EAUB (Institut d’Aménagement, de Tourisme et d’Urbanisme de Bordeaux), ENVAR (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Lille), ENVOL (Institut d’Aménagement et de Développement Territorial de Toulouse), GéoArchi (Institut de Géoarchitecture de Brest), Magistram (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne), TransPers (Université Lyon 2 et Ecole Nationale des Travaux Publics de l’Etat), Urba & Co. (Institut d’Urbanisme de Grenoble), Urba & Urbi (Institut d’Urbanisme de Lyon), Urbam’s (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de Paris – Sorbonne), Urba Plus (Institut d’Urbanisme de Paris), UrbaPonts (Ecole Nationale des Ponts et Chaussées), Urba’Voc (Institut d’Aménagement Régional d’Aix-en-Provence), Urbi (Institut Français d’Urbanisme)

(3) APERAU, CFDU, SFU et UT

(4) http://www.acces-urbanistes-fpt.fr

  • Laissez un commentaire