hover animation preload
La tour, vraie ou fausse solution pour la « Ville dense » ?
Ce support visuel pour l’exposé « Les tours, une vraie solution pour la Ville dense ? » présente les clés de lecture et de compréhension du débat sur les tours à Paris, à partir des concepts de densité (densité vécue, densité réelle), « ville dense », et formes urbaines. On a essayé de toucher aux différentes échelles dans lesquelles s’inscrivaient le débat: l’échelle régionale, celle qui sert souvent de référence pour l’aménagement de la région Ile-de-France et dans laquelle tente de s’inscrire le projet de « ville dense »; l’échelle mondiale, qui révèle différents modes de conception de la tour, et de la Ville; l’échelle parisienne, lieu des enjeux directs du débat; et l’échelle de la tour en elle-même, sous le prisme de témoignages d’une famille habitant le quartier de Beaugrenelle à Paris.

Exposé collectif réalisé dans le cadre de l’enseignement « Enjeux environnementaux de l’aménagement » dirigé par Martine Tabeaud – Magistère 2/Master 1 Paris 1 Panthéon Sorbonne – Décembre 2007.

  • 4 responses to La tour, vraie ou fausse solution pour la « Ville dense » ?

  • noreply@blogger.com (Arnaud)
    13:54 on mai 21st, 2009

    Heureux de retrouver notre cher Jacques Mithaut !


  • noreply@blogger.com (Alexandre)
    14:27 on mai 21st, 2009

    Oui, quel bon souvenir en effet! Un grand penseur de la Ville qui nous a quitté trop tôt…! Et le souvenir également d’un bon travail d’équipe bien mené ;)


  • Mathieu Tevenart
    23:24 on novembre 28th, 2010

    Très interessant, surtout pour un étudiant de l’IFU ;) . Même si je ne partage pas votre opinion, et que j’aurai probablement plus appuyé sur la mauvaise gestion des Grands Ensemble depuis 40 ans et sur l’inefficacité des politique de la ville.


  • admin
    13:14 on décembre 21st, 2010

    Merci pour votre commentaire !
    L’objet du travail était – dans un premier temps – de s’intéresser au lien entre densité réelle et urbanismes de tour. Le modèle de la tour européenne est de ce point de vue plus consommateur d’espace que le modèle urbain des tours américaines.

    Au delà de ce seul critère, je partage votre point de vue sur la gestion des quartiers de grands ensembles d’habitat collectif. Toutefois, l’Histoire des grands ensembles (lire à ce sujet l’excellent livre « Le Monde des grands ensembles de Frédéric Dufaux et Annie Fourcaut!) montre qu’un des modèles initial de grands ensembles portés dans les pays de l’Est – la 1ère génération – présentait des formes urbaines et une vision sociale plus achevée que ce qui a été fait par la suite, et qui de plusieurs points de vue leur a porté préjudice par la suite (localisation sur un foncier de moindre qualité que celui pensé initialement, densité de population plus grandes, offre en services moindre, conception minimaliste des espaces publics…).


  • Laissez un commentaire